La Khovanchtchina




La Khovanchtchina (ou Les Princes Khovanski), est un opéra posthume en cinq actes de Modeste Moussorgski d'après un livret de Vladimir Stassov, inspiré des événements de la Révolte de Moscou de 1682. Écrite entre 1872 et 1880, l'œuvre était incomplète et non jouée à la mort du compositeur en 1881. La création a eu lieu le 21 février 1886 à Saint-Pétersbourg, d'après une orchestration de Nikolaï Rimski-Korsakov. À cause des nombreuses coupures et recompositions de Rimski-Korsakov, Dmitri Chostakovitch révisa l'opéra d'après la partition vocale de Moussorgski, et c'est de nos jours la version la plus souvent jouée. Bien que moins connue que Boris Godounov, la Khovanchtchina est musicalement plus riche encore du fait d'une meilleure intégration de la rythmique du langage parlé et de la synthèse opérée entre différentes styles lyriques (russe, mais aussi germanique et italien). L'opéra souffre toutefois de l'absence de personnage central : les deux Khovansky, Dossifey, Marfa, Golitsyne et Shaklovity (et même le scribe dans la version intégrale) ont une présence et une importance musicale à peu près similaire. En 1913, Adolph Bolm chorégraphie un ballet sur la partition de la Khovanchtchina pour les Ballets russes de Serge de Diaghilev. Maurice Ravel et Igor Stravinski ont également produit des versions de cette œuvre, produite en 1913 au théâtre des Champs-Elysées. Comme l'œuvre précédente de Moussorgski Boris Godounov, la Khovanchtchina s'inspire d'un épisode de l'histoire russe. En 1682 le régiment moscovite des streltsy, sous la conduite d' Ivan Khovansky, se révolte en assaillant les gardes du palais des Tsars. Finalement la révolte est réprimée dans le sang. Dans l'opéra les partisans de Khovansky se suicident collectivement.

Acte 1 - L'opéra débute par un paisible et magnifique prélude Andante tranquillo évoquant le lever de soleil au-dessus de la ville embrumée. Sur la Place Rouge. Chaklovity, un Boyard dicte une lettre anonyme destinée au Tsar pour le prévenir d'une rébellion de Khovansky (capitaine des gardes Streltsy et des vieux-croyants). Ivan Khovansky arrive et promet une foule de gens pour défendre le tsar contre cette trahison. Andreï Khovansky, le fils d'Ivan, poursuit Emma, une allemande, mais est stoppé dans son élan par Marfa (Martha), son ancien amour, devenue vieille-croyante. Ivan menace de tuer Emma, mais il en est empêché par l'arrivée de Dosithée (Dositheus), le chef des vieux-croyants. Marfa part avec Emma.

Acte 2 - La maison du prince Basile Galitzine. Marfa prédit au prince son destin et lui déclare qu'il va perdre le pouvoir. Lorsqu'il part, Galitzine ordonne à ses serviteurs de la tuer. Ivan Khovansky apparaît et se plaint que Galitizne se soit mêlé aux Boyards, mais Dosithée entre et les persuade de s'allier. Marfa, qui a été sauvée par les gardes du tsar, réapparait, suivie par Shaklovity, qui leur annonce que le tsar a été prévenu de leur complot.

Acte 3  - Suzanna, une autre disciple des vieux-croyants entend Marfa chanter son amour. Celle-ci avoue à Dosithée qu'elle aime Andreï Khovansky.

Acte 4   -La maison d'Ivan Khovansky. Khovansky est averti par un servant de Galitzine qu'il est en danger mais il ignore l'avertissement et regarde la danse de ses jeunes servantes. Shaklovity entre et le tue. Sur la Place Rouge, Galitzine est contraint à l'exil. Dosithée pleure la chute des conspirateurs. Marfa offre refuge à Andreï avec les vieux-croyants. Les Streltsy sont condamnés à être exécutés. Pierre le Grand, par l'intermédiaire d'un émissaire, intervient pour les pardonner (cela n'est pas conforme à la réalité historique).

Acte 5  - Dans une forêt. Dosithée et ses partisans se préparent à un suicide collectif. Alors que Dosithée, Marfa, Andreï et les vieux-croyants périssent dans les flammes d'une chapelle en feu, les soldats de Pierre le Grand arrivent pour essayer de les capturer, en vain.
Visites guidées, hebergement
 
Publicité
 
Meteo
 
 
Aujourd'hui sont déjà 3 visiteurs (18 hits) Ici!
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=